Un travailleur sans papiers tombe d'un échafaudage, il était payé 20 euros par jour

2021-11-26 02:00:01 By : Mr. Ydminer Yu

Fethi a été grièvement blessé vendredi sur un chantier privé à Bruxelles. La CSC dénonce le manque de protections de ces sans-papiers exploités.

Son nom est Féthi. Travailleur sans-papiers d'origine algérienne, gréviste de la faim à l'église du Béguinage, il est tombé d'un échafaudage vendredi sur le chantier de rénovation d'un immeuble chez un particulier. Transporté inconscient à l'hôpital, il est sorti en fauteuil roulant avec une double fracture aux poignets et une intervention maxillo-faciale programmée. Il était payé 20 euros par jour !

Exploitée par un patron que la vaste répression menée par la police judiciaire et les inspecteurs de l'ONSS il y a trois semaines n'a visiblement pas fait peur. Mi-octobre, huit personnes avaient alors été déférées au juge d'instruction, une placée sous mandat d'arrêt et une trentaine de perquisitions effectuées dans le dévoilement de ce réseau d'entreprises soupçonnées d'exploiter des travailleurs roumains en dehors du cadre. cadre juridique européen et donc d'organiser une vaste fraude au dumping social.

Pour poster un commentaire, veuillez vous identifier.

Vous n'avez pas de compte ? Créez-le gratuitement ci-dessous :

Quel est le lien entre sa chute et son salaire de 20 euros par jour ?

Vous ne comprenez vraiment pas ??? Pas très fute-fute donc, car je suis convaincu que vous n'auriez pas posé cette question s'il s'était agi d'un ouvrier belge. Non seulement, cet esclave exploité par un chef mafieux a été grièvement blessé et en plus, ne bénéficiera pas des prestations de soins de santé liées à son accident et sera très probablement « jeté comme une vieille chaussette » par son employeur. Ce dernier devrait également se retrouver derrière les barreaux.

Quel est le lien entre sa chute et son salaire de 20 euros par jour ?

C'est dommage d'écrire ça, mais s'il est régularisé, son employeur en embauchera un autre sans papiers. Que faire? Les amendes n'auront aucun effet, les sommes en jeu sont trop élevées.

Derrière chaque travailleur « noir » (bon belge, immigré ou clandestin) se cache un employeur qui exploite la précarité. De quel côté y a-t-il le plus de honte ?

Les Plaisirs d'Hiver devraient ouvrir ce vendredi à midi. En attendant le Codeco, la ville a déjà pris des décisions concernant les mesures sanitaires mises en place pour y accéder.

Découvrez tous les changements

© Rossel & Cie - 2021 Conditions générales d'utilisation - Conditions générales de vente - Politique cookies - Politique de confidentialité - Charte médias - Droits de reproduction